ecusson legion franche comte, réserviste gendarmerie, réserve opérationnelle, écusson Franche-Comté

Si vous visitez ce site pour la première fois, sachez que je suis réserviste de la gendarmerie (groupement du Doubs) depuis Août 2001.
J'ai décidé de réaliser ces quelques pages sur la réserve en gendarmerie et plus particulièrement la Préparation Militaire Gendarmerie (PMG) pour vous raconter comment cela se passe du point du vue du réserviste. Je vais essayer de vous raconter ce qu'un Centre d'Information et de Recrutement (CIR) ne vous dira pas...
En cherchant sur ce site vous trouverez de quoi vous rassurer sur la PMG et, j'espère, de quoi vous décider à vous inscrire.
Pour toutes les questions administratives, je vous laisse prendre directment contact avec un CIR .
Si vous avez une question qui n'aurait pas déjà été posée, je peux vous répondre si vous remplissez ce formulaire.

 


Les séances de tir à la gendarmerie

Une des activités les plus impressionnantes de la Préparation Militaire Gendarmerie reste, pour beaucoup je pense, les séances de tir. Avant même le tir, je me rappelle avoir été surpris la première fois que j'ai eu à monter le MAC 50. Ce pistolet automatique nous avait été remis en "pièces détachées" et nous devions l'assembler. C'est quand même pas courant d'avoir un PA dans les mains ! Même non chargé, c'est toujours étrange à manipuler au début.
Enfin, après les séances de tir réduit, genre de pistolet à billes sans recul qui nous permet d'apprendre les gestes de base pour la manipulation des armes, nous voilà sur le pas de tir... à balles réelles cette fois ! Reste plus qu'à mettre les lunettes de protection et enfiler le casque sur les oreilles. Je sais pas si c'est ce foutu casque, ou tout simplement le stress, n'empêche que je n'ai même pas entendu le chef autoriser le tir. J'ai dû sursauter d'au moins 5 cm quand j'ai entendu les premières balles partir à coté de moi ! Bon, ben voila, faut que j'y aille maintenant, c'est à mon tour. Depuis le temps que j'attends ça... En fait, là, c'est comme un grand moment de solitude ! J'essaye de me souvenir de la technique que vient de nous décrire le chef pour mettre la balle en plein dans le mille. Je vise, j'inspire, je flippe, je bouge, je respire, je respire, je revise, j'appuie progressivement sur la détente, je vise toujours, je ... et pis... trop tard, le coup est déjà parti... presque tout seul ! C'est déjà bon signe, j'ai évité le fameux " coup de doigt"... Juste le temps de regarder la cible pour vérifier que j'ai bien fait un trou dedans. Ouf, je le vois, loin du 10 mais dans la cible quand même... Bon, allez, il me reste encore 4 cartouches pour faire mieux. Je me remets de l'émotion et je recommence... Bon, maintenant que je suis là, je vais quand même le vider ce chargeur ! Rebelote, j'inspire, je monte le pistolet, je redescends doucement. Ca y est, je suis en face, je bloque, j'ajuste, j'appuie doucement... ça y est, c'est sûr, le GIGN va venir me recruter comme tireur d'élite... je viens de mettre une deuxième balle dans la cible. Un 6 cette fois. J'apprends vite, c'est bien. Allez, vite, mes dernières cartouches... Mince, c'est pas vrai, mais qu'est ce qui se passe cette fois ?!, j'ai beau presser la détente, plus rien ! Je m'apprête à lever la main pour prévenir le chef que j'ai un incident de tir quand je remarque que la culasse de mon MAC-50 est restée à l'arrière. Ca y est, j'y suis, dans l'excitation je ne me suis même pas rendu compte que j'avais déjà tiré les mes 5 premières cartouches... bon, ben faut se rendre à l'évidence, mon premier chargeur est déjà vide... J'attends l'ordre de passer aux suivants...
Je tire les deux autres chargeurs comme le premier. Pourtant je prends de plus en plus d'assurance. Contrairement à ce que je croyais, mes résultats ne se sont guère améliorés... Ma première série de tir de précision est déjà terminée. Heureusement qu'il reste encore l'épreuve du tir de riposte pour ne pas trop rester sur ma faim... Cette fois le principe est encore plus simple. Il n'est plus question de faire le score maximum. Pour l'instant, le PA est rangé dans son étui , à ma ceinture. Il est chargé. Tel qu'il doit être lorsque l' on part en patrouille. Je suis là, face à la cible, les mains le long du corps. Contrairement à la première fois, maintenant j'entends clairement l' adjudant annoncer : "pour une série de 5 tirs de riposte, attendez mon signal"... je profite de ces derniers instants avant le coup de sifflet pour récapituler ce que j'ai à faire : bon, ma main gauche ouvre l'étui pendant que la droite saisit l' arme et la sort... ensuite je relâche l'étui pour saisir la culasse et la tirer à moi... pendant que j' arme le PA, je continue de l'amener à la bonne hauteur. L' arme est maintenant face à la cible et chargée. Il ne me reste plus qu'à... Mince, trop tard, c'est déjà le coup de sifflet de l'adjudant, plus le temps de finir le mouvement dans la tête, j'y vais... le début se déroule bien, j'amène donc l' arme chargée en face de la cible... je vise brièvement... PAN... le premier coup est déjà parti... pas le temps de regarder s'il est dans la cible... j'encaisse le recul... je rabaisse l' arme et j'enchaîne sur les quatre coups suivants. PAN, PAN, PAN et PAN... Voila, en quelques secondes, je viens de faire 2 trous dans la cible... Bon, pour me rassurer, je me dis qu'elle est quand même placée à 15 mètres... c'est pas facile ! Je dois quand même pouvoir faire mieux... Il me tarde déjà l'année prochaine pour voir si j'ai pas perdu la main !